Clémence Ross - Party Hard DUBSTEP

Aller en bas

Clémence Ross - Party Hard DUBSTEP

Message par Clémence Ross le Ven 15 Avr - 20:38


Clémence Ross

« Mais on regrette toujours pour rien, étant donné qu'on ne peut regretter qu'après.»




Feat. : Allison Harvard

Âge du personnage, date et lieu de naissance : 25 ans, née le 5 août 1991 au Québec. Elle n’y a jamais vécue : sa famille a emménagé à Tesla avant qu’elle connaisse l’hiver.

Groupe: Bagels

Nationalité(s) : Tout le monde s’en fout.

Statut civil : Seule et triste.

Métier : Inconstant

Superpouvoirs : Capacité à ralentir le temps (sur une courte durée). Super-force (au moins celle d’un culturiste). Précision (elle est extrêmement précise). Sa puissance varie selon sa consommation de drogue.

Appartiens-tu à une organisation ? : Les narcotiques anonymes

Surnoms de super-héros/super-vilain ? : Coke

Particularités : De grands yeux et un corps qui résiste bien aux ravages de la drogue.



Histoire


Haute comme trois pommes, Clémence ne se doutait absolument pas de l'étrange destin qui l'attendait.

Les clés du destin sonnaient lors d’un dilemme : faire le plus vieux métier du monde pour mieux vivre ou prendre un risque. Enfin, un risque : essayez une drogue expérimentale pour un homme louche… Certains parleraient de suicide et dans ce cas ils ne se trompaient pas totalement. Elle était au bout du rouleau : pas d'avenir, une scolarisation de base certes mais qui ne lui permettait pas d'aller plus loin que caissière… Et une addiction sévère à la cocaïne.

Ce n'était pas la première fois qu'elle se faisait injecter quelque chose dont elle imaginait à peine les effets. La jeune Clémence ne brillait pas – oh pas qu'elle soit une lumière encore aujourd'hui mais au moins a-t-elle gagné en sagesse – et elle suivait les préceptes du saint, mais visiblement mortel, Yolo. Elle n’accordait aucun espoir en l’avenir, à un tel point que ça n’étonnait en rien qu’elle finisse toxicomane.  

Elle voit le jour au sein d’une famille aisée. Toutefois, en grandissant, la vie bascule avec lenteur au point où Clémence se croirait en l’antichambre d’un dernier grand drame qui bouclerait tous les autres.  À l’âge de sept ans, Clémence observe les premiers signes de la déchéance, ressentant au fond de son cœur qu’un mécanisme se met en marche, puis que les choses ne seront plus jamais les mêmes. Ça commence par des disputes, des bruits violents et inhabituels pour la petite fille autrefois confinée au sein d'un monde plutôt aseptisé à ce niveau. La suite logique se confirme dans le divorce puis la garde partagée agressive. Par la suite, c'est maman qui boit et papa qui stresse. Puis, maman meurt du cancer et papa perd son bon travail : ce qui, évidemment, l'angoisse encore plus ce qui le rend moins aimant. Clémence jurerait qu'elle connût deux pères. Son corps se développe à la même époque où son monde d’enfants se détruit à petit feu, à force de multiples tragédies plus ou moins graves. À la fin, elle déballe les cartons familiaux une dernière fois devant une maison paumée au coeur d'un quartier inquiétant où la nuit on entend des bruits inquiétants si l’on reste éveillé trop longtemps.

Ainsi, une sorte de nihilisme réussit à s’enraciner à l’intérieur des fondements de Clémence. L’optimisme est naïf, la vérité inutile et l’avenir tellement poisseux et aberrant qu’elle préfère mille fois lui rire au nez plutôt que de le connaître. Avec cette mentalité, elle essaie de nombreuses drogues, accompagnée de copines – du genre qui ne juge, qui sera toujours là pour toi à une fête alcool, sexe et drogue comprises mais qui bizarrement n’ont rien à dire lors des drames importants, sans nécessairement que ce soit de la mauvaise volonté, juste un silence, une absence de communication pour ainsi dire.

Nous revenons alors à ce paquet surprise. Des convulsions violentes entre quatre murs malsains la saisissent au moment des faits mais (heureusement ?) elle est la seule à avoir survécu au processus. La substance (toujours inconnue de nos jours d'ailleurs) a  réveillée une force en elle qu'elle ne se doutait même pas. Elle gagnait la capacité de ralentir le temps, elle se sent plus forte, plus vivante et la cocaïne lui procure un bien encore plus fou.

À cet instant, aucun doute qu’elle sombre dans la folie. La joie coulait dans ses veines, selon ses propres dires, et elle renaît, tel un phénix ardent ou un vers de terre boueux qui aurait retrouvé sa moitié coupée. Elle se sent alors comme un surhomme. Durant un bref moment, elle croit toucher au bonheur.

Une part obscure de sa personnalité naît alors que son envie de drogue croît de manière effrayante. La dépendance devient plus forte, de quoi la rende folle. Elle comprends que ses fabuleux pouvoirs excellent qu’avec le bon médicament. Elle se met à chercher– non elle traque ! – pour la moindre dose. Néanmoins, elle ne se met pas à genou pour avoir de quoi sniffer, elle préfère répandre le sang, s’adonner à une sorte de chasse. Cependant, n’est-ce pas une bonne chose que de liquider les dealers ? En tout cas, la blonde se montre héroïque d’une manière toute relative et contre toute éthique (ce qui est plutôt paradoxal, je le concède). Cela dit, jamais elle ne s’attaque aux innocents, à moins que ceux-ci s’opposent à elle, dans ce cas ils ne seraient plus exactement des innocents...

Elle mourra jeune.
Caractère


Énergique ? C'est le moins qu'on puisse dire : avec la quantité de machin qu'elle se fout dans le sang, elle ne tient carrément jamais en place. Mentalement non plus, ce n'est pas top. À quoi s'attendre d'une meurtrière en série cocaïnomane ? Sa morale est aléatoire, elle vit au jour le jour et souvent – trop souvent d'ailleurs – elle considère la mort avec excentricité. Elle sait déjà qu'un gouffre l'éclatera : alors, autant s'élever le plus haut possible pour profiter de la descente ? Enfin, c'est ainsi qu'elle résonne et pour cette jeune femme, s'élever consiste à prendre des doses hallucinantes de stupéfiant. Un jour ça la tuera, c'est sûr. Mais demain c'est loin, et son cœur bat toujours.

Clémence n'a pas un mauvais fond. Elle ne voit aucun intérêt à s'en prendre gratuitement aux autres. Oh elle est loin d'être une enfant de cœur mais elle n'est pas dénuée d'émotion. Si elle n'avait pas ces pouvoirs qui la mettent en confiance, elle serait une énième toxicomane perdue et inoffensive dont personne ne se préoccupe. Toutefois, le cours des choses en a décidé autrement.
© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
avatar
Clémence Ross

Âge du personnage : 25 ans
Avatar : Allison Harvard
Messages : 3
Date d'inscription : 14/04/2016
Groupe : Bagel
Humeur : Énergique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Clémence Ross - Party Hard DUBSTEP

Message par Brot le Ven 15 Avr - 22:00





// CONFIRMATION D'ACCEPTATION DE FICHE \\
avatar
Brot
Admin

Messages : 8
Date d'inscription : 11/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://dolphinobrot.kanak.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum