Stumbling Akwardly

Aller en bas

Stumbling Akwardly

Message par Robert Henway le Sam 16 Avr - 14:04

Nam is... not a pleasant place.

The smell is a queer mixture of fish and people, along with long-dead mold thrown in here and there - for spice, I assume. It looks rather let-down, like something broke it and it never quite got back up. Half the roads have no sidewalks, the other half can barely be considered roads, and the few walkways intact have a tendency to be littered with unpleasant reminders of how the poor deal with their lives.

It brings back a few too many memories for it to be a pleasure trip for me, but I have work to do and this is by far the best place to tr- coerce. I meant coerce. To convince people to invest in some fine refrigerator-y deals.

Side note: refrigerator-y is now a word. So moth it be.

Luckily for me, this place does have something of an apartment complex. A few, actually, and I should know considering I live in one, last I checked. But I meant one that's somewhat closer to the center than my habitat.

Poverty, after all, seems to radiate from the center of this place. I have no idea why, nor do I particularly care, but poverty is high on my metaphorical checklist for suck- customers. You wouldn't think they would have the money to spend on appliances and such, really, but mine are fairly cheap - for reasons - and I can be rather... convincing.

Which is good. Convincing is good.

Yes.

A bird is chirping somewhere overhead - I think it's a crow, actually - and I hear a flutter of wings before I see a black mass drop down onto one of the power lines.

Yep, crow. Score, Rob!

Speaking of rob....

I spot my target - a small, two story building covered in chipping white paint, doors every dozen feet with little numbers on them, ect. - and I wake up, my suitcase carefully not banging against my leg.

Now, which will I... Hmm - Oh!

Eenie Meenie, Minnie...

7 it is.

The gravel and dirt crunch under my boots. It bugs something in my eardrums until I reach the metal stairs. Then an entirely different sound starts bugging me.

I can hear screaming coming from one of the lower houses - I know the walls aren't that thick, but come on - and the sudden noise of a door slamming shut violently. Then, silence.

Nice place.

I knock on the door - not quite wood, not quite metal - and wait.
avatar
Robert Henway

Messages : 5
Date d'inscription : 14/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stumbling Akwardly

Message par Clémence Ross le Sam 16 Avr - 15:11

Clémence tombe, pour la énième fois, dans les pommes suite à presque deux journées sans dormir.

Ça lui arrive occasionnellement d’oublier des fonctions vitales comme manger ou dormir. Pour la nourriture, ça lui vient telle une rage au ventre et elle avale du fast-food comme une obèse. Cependant, puisqu’elle prend un bon médicament contre l’embonpoint, elle ne grossit jamais après le troisième hamburger. Elle se délecterait bien de la jalousie si elle avait des copines avec qui se comparer – triste vie je vous dis ! Le même phénomène se produit avec le sommeil, et alors elle quitte ce monde quelques instants.

Elle se réveille entouré des murs de son appartement délabré. Devant le miroir, elle brosse frénétiquement ses cheveux blonds et raides avant de constater les cernes mauves autour de ses yeux. Du maquillage ? Bien sûr, et trop d'ailleurs. Elle se souvient d'un rendez-vous important. Son calendrier ne ment pas. Anecdote amusante : il est accroché directement au mur avec un clou. Allez savoir, elle trouvait à ce calendrier de chat mignon un je-ne-sais-quoi fabuleux et elle ne pouvait pas se contenter de le coller. Les coups de marteau énervaient la voisine du dessus. Une vieille mégère au cul pachydermique des familles : ça l'amuse de la sortir de ses gonds.

Son déjeuner se résume à son café (du charbon noir et liquide) et de tranches de pain avalés à la va-vite. Elle est chanceuse, Clémence, elle a rouvert ses yeux à temps pour son rendez-vous et il est pour bientôt. Pas d’attente. Ses jambes ne trembleront pas en comptant les secondes avant que le bon moment daigne de venir à elle. Oh – elle allait presque oublier quelque chose ! Elle pose son nez contre le tabouret de sa misérable chambre mal chauffée puis renifle un bon coup. De l’électricité la parcours tel un coup de fouet. Ça va être une bonne journée !

***

Elle avance avec lenteur. Du moins, c’est son impression, car dans les faits ses jambes se situent à la frontière du jogging. Elle arrête quelque part pour se prendre un casse-croûte un peu plus consistant que le café. Suite à cela, elle se tourne vers un bâtiment également pauvre au siens. Avec son teint malade, ses joues rouges de maquillage, son vieux kangourou mauve rapiécé un peu court et sa mini-jupe, elle tente de ressembler à une prostituée. Ce n’est pas de ça qui manque aux pires quartiers de Nam ! Par conséquent, elle passe inaperçue, avec ses lunettes fumées. Elle se pointe devant le numéro 7 du ramassis d’appartement. C’est là qu’elle devait se rendre, non ? Alors, que fait cet homme ici ? Elle ne pensait pas qu’il y aurait d’autres gens. Embêtant, tiens. À moins qu’elle se trompe d’heures, ce qui est tout à fait possible…

Elle sourit à l’inconnu puis baisse la tête. Elle aimerait taper du pied si fort qu’elle ferait trembler le sol. Le monsieur n’avait pas l’air d’un habitué des lieux. L’intuition, tout ça…

« Oh vous êtes un ami de Mike ? Je ne savais pas qu’il avait invité des gens… », Remarque-t-elle en se donnant un air timide. « Je suis Sugar Rush… Vous êtes timide ? Détendez-vous, ça va venir tout seul… »

Elle se demande sérieusement qui est ce type qui débarque de nulle part. Son pied droit tapote sans relâche le plancher. Elle ne contrôle pas le mouvement mais elle maintient son sourire, couvert d’une beurrée de rouge à lèvre bon marché.

La porte s’ouvre.
avatar
Clémence Ross

Âge du personnage : 25 ans
Avatar : Allison Harvard
Messages : 3
Date d'inscription : 14/04/2016
Groupe : Bagel
Humeur : Énergique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stumbling Akwardly

Message par Robert Henway le Sam 16 Avr - 15:38

Nobody answered the first time. I look at my watch - some cheap thing I bought a few weeks ago that barely works anymore - waited another ten seconds and knocked again.

Still nothing, but just as I was about to ring the doorbe- Wait, no, there's just a hole where that's supposed to be. Never mind.

As I was about to knock, again, I hear someone walk up behind me. I ignore them until they stop next to me, causing me to crane my neck at them. My eyes don't widen. They don't. I hope.

There's a whore. At the door that I'm at.

Did the owner call her?

Who calls a whore at - wait... - 10:40 in the morning.

Seriously?

Oh. It's talking. Right, people do that.

" Sorry, what? "

Bit rude, yeah, but whatever.

I hear tapping.

Tap. Tap. Tap. Tap. Tap. Ta-

The tapping stops as the door opens. My face relaxes from the scrunched up glare I was shooting the girl's foot.

Well, at least until I see who opens the door.
avatar
Robert Henway

Messages : 5
Date d'inscription : 14/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stumbling Akwardly

Message par Clémence Ross le Dim 24 Avr - 11:40

Il n’est pas là pour le sexe.

Définitivement. Eh merde…

Une courte grimace se dessine sur son visage. Pas qu’elle soit insultée – elle se fiche pas mal des manières de cet inconnu – mais son plan se voit compromis. Son cerveau établit une connexion hâtive : et si c’était un flic ? Son cœur pompe plus de sang riche en substance alors que la porte s’ouvre sur Mike, frustré pour Dieu sait quelle raison. Elle tourne sa tête avec célérité, presque surprise qu’il débarque aussi tôt. Les choses s’avancent si vite ! Son pied s’agite plus frénétiquement encore.

« Oh, Mike, c’est moi ! »

Elle s’approche, les bras tendus, à la manière d’une petite-amie. Ceci, évidemment, décontenance le pauvre jeune homme qui lève un sourcil sur l’étrange trio.

« Qu’est-ce que tu fais à cette heure toi ? Allez, grouille-toi, à l’intérieur ! »


Le garçon est un grand brun : un peu musclé, on le constate avec sa camisole blanche. Ses cheveux sont ébouriffés et ses yeux semblent être injectés de sang depuis des décennies à un point où on ne reconnaîtrait pas sa pair sans ça. Il attrape le bras maigre de Clémence et la tire dans l'appartement. Il crache ses mots bruts en compagnie de formules toutes simples telles que « dépêche-toi » même si le non-verbal la traite de conne. La blonde se dit qu'elle aurait dû noter l'heure.

Lorsqu’il lâche le bras de la jeune femme, elle braque immédiatement son regard vers tout ce qui peut prendre la moindre forme de ce qu’elle cherche. Les voleurs font pareil lorsqu’ils réussissent à visiter une maison avant le grand soir : ils scrutent, les fouines, tout ce qui est en mesure de les intéresser. Après, il faut bien le faire : une chance que Mike se concentre désormais sur le monsieur mystérieux. Par ailleurs, elle garde une oreille sur la conversation. Sage décision s’il en est.

« Mais qu’est-ce que vous faites ici ? Vous êtes qui ? » dit-il avec une férocité près de feindre le contenant.
avatar
Clémence Ross

Âge du personnage : 25 ans
Avatar : Allison Harvard
Messages : 3
Date d'inscription : 14/04/2016
Groupe : Bagel
Humeur : Énergique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stumbling Akwardly

Message par Robert Henway le Lun 9 Mai - 18:33

"Err..."

Great, yes, good job Rob. Truly, you are the most eloquent man alive.

Shut up, me.

The man's - Mike's? - arms are crossed, his stance is aggressive and why is he glaring at me?

Right, time to do something about it. I look down, feinting anxiety and fear. I looked around the room through the corners of my eyes - blurry, but it works for the basics.

A small hallways lies beyond him, carpeted and surprisingly clean for Nam. There's barely any garbage littering the floor!

The end of the hallway opens up, revealing a cramped living room. I can't see what's in it, given that Mike is blocking me, but I can hear the sounds of either a TV or a radio broadcasting Teslan news.

I look up, smiling. A moment passes awkwardly as he waits for me to talk. I see his anger begin to rise, but he's off balance now.

"Sorry sir, hello! I'm a door-to-door salesman, I sel-"

"Shut up."

My mouth snaps shut. I may have stalled too long.

"Right, I can tell when I'm unwanted. I'll just... go..."

I inch backwards as I say this. By the time he realizes what I'm doing, I'm nearly out the door, and...

He reaches out, nearly grabbing my arm before I snap it back to my chest. I turn, shifting into my illusions.

A man, a mirror image of myself, breaks off from me in what I see as a shatter of glass. He - it - continues forward at a breakneck pace.

As this happens, I fade from the view of the others. I'm still a bit rusty, so it may look a little stunted, but I'm counting on his anger to masquerade any mistakes I have.

I sidestep where I broke off, landing me next to the open doorway. My illusionary self continues down the stairs, nearly tripping - it's the little things, friends.

Meanwhile, Mike takes off out the door, only to stop near the stairs. He screams something I'm too close to hear at the fleeing not-me.

And now, decision time.

Should I stay, perhaps sneak in? I'm fairly sure I can keep up something this small easily, as long as I stay focused.

But then, it would be safer if I just left... Hmm.

Ah, fuck it, I don't have anything planned today.

I sneak back in just before Mike closes the door, being careful not to bump into anyone or make any noises.

After all, just because they can't see me right now doesn't mean they can't feel me. Or see me. Or smell m- You know what? I'm just gonna fix that...

My eyes close in concentration, focusing on the two people's mind. This part is a bit harder, since people's reliance on their sight makes it much easier to access than any of their other factors.

Remind me again why I'm doing this?

I shake my head and open my eyes once I feel my illusions Break into place. Subtle manipulations are best manipulations.

By now, they've moved forward into the living room. The TV/radio thing was turned off, allowing me to hear another voice.

I sigh, making sure I remain hidden from sight. I may have Broken the other two, but anyone else is still able to see me. And in any case, Breaking people I can't even see is a pain in the ass.

I focus on the conversation, however, when I hear the voices inside begin to rise.
avatar
Robert Henway

Messages : 5
Date d'inscription : 14/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stumbling Akwardly

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum